Newsletter


Les Nouvelles — NON à l'initiative néfaste sur le Service public

La Région capitale suisse a décidé de rejeter l’initiative populaire « En faveur du service public » qui sera votée le 5 juin 2016. L’initiative mettrait en péril les prestations de base et aurait des répercussions négatives pour les régions de la Région capitale suisse et pour l’ensemble de l’économie suisse.

Menace des places de travail
Un oui à l’initiative mettrait non seulement en péril les prestations de base qui fonctionnent bien, mais aurait également des répercussions négatives pour l’ensemble de l’économie suisse, et en particulier pour notre région. Erich Fehr, co-président et maire de la ville de Bienne, a souligné l’importance des trois gros employeurs que sont les entreprises CFF, La Poste et Swisscom : « Les chiffres montrent que ce projet ne concerne pas « uniquement » les salaires des managers mais tous les employés de ces entreprises. Swisscom compte environ 19'000 employés dont 40%, soit 8'000 places de travail, dans notre région. Sur les quelque 55'000 employés de la Poste en Suisse, 44'000 se trouvent dans la Région capitale. Enfin, près d’un tiers des 33’000 employés CFF sont basés dans notre région. Cela correspond à plus de 60'000 postes de la Région capitale suisse qui seraient directement affectés par l’initiative. »

L’initiative menace la cohésion nationale
Seules des prestations de base fiables peuvent garantir une qualité de vie optimale et une compétitivité dans toutes les régions. Les régions de montagne, les communes et les villes en profitent toutes de la même manière. La solidarité est l’un des principes fondamentaux du service public en Suisse. Si cette solidarité venait à disparaître, certaines régions alpines ou à forte dominante rurale seraient désavantagées : leurs prestations de base seraient gravement mises en péril et elles ne pourraient plus compter sur un service public de qualité. Pour la Région capitale suisse, la cohésion entre ses différents espaces de vie est primordiale.

L’initiative empêche le développement de prestations de base et affaiblit l’attrait du pays
En interdisant aux entreprises proches de la Confédération de réaliser des bénéfices, l’initiative réduit la marge de manœuvre des entreprises de service public et ne leur permet plus d’investir dans le développement de prestations de base. Les investissements s’en retrouveraient freinés et, à moyen – long terme, la qualité des prestations de base fortement affectée. La Région capitale suisse souhaite maintenir le niveau élevé de l’actuel service public afin que les entreprises bénéficient de conditions générales optimales tant au plan politique que juridique et ne soient pas inutilement affaiblies par des interdictions et contraintes.

Sans couverture nationale des prestations de base ni service public fiable, les régions périphériques perdraient leur attractivité et la Suisse serait affaiblie face à la concurrence internationale.

Conférence de presse du comité interpartis
Erich Fehr, co-président de la Région capitale et maire de la ville de Bienne explique les conséquences négatives pour la Région Capitale (FR/DE).